ACTUALITÉS

Agrandissement en cours

Ces travaux ont pour but d’ajouter 950 m2 des surface industrielle à l’étage.
Livraison prévue pour fin mai 2019.

 

HISTOIRE

1941, FONDATION DE JORAY & WYSS SA

Fondée pendant la guerre par Messieurs Willy Wyss et son beau-frère Ariste Joray, c’est dans ce bâtiment à Malleray qui existe encore de nos jours que l’activité a démarré avec de faibles moyens mais avec détermination tant leur soif de réussir était grande. Ils avaient mis au point un procédé technique de fabrication des roues qui se pratique encore aujourd’hui.  “Toujours imité, jamais égalé”  dit la légende !

1949, 1ÈRE CONSTRUCTION

8 ans ont passé et déjà un nouveau bâtiment sort de terre vers la gare à Malleray. Une construction moderne pour l’époque !

1982, CHANGEMENT DE DIRECTION

Nous sommes 40 ans après sa création et Joray-Wyss est repris par la 2ème génération : MM. Claude Tschanz (gendre de M. Joray) & Rémy Wyss (fils de M. Wyss). Nos 2 directeurs ont déjà quelques années de pratique au moment de la passation du pouvoir.

1958, LE DÉVELOPPEMENT

L’horlogerie est en plein boum ! Les volumes augmentent, le besoin d’espace également avec 3 fenêtres suppémentaires à droite. Techniquement, les progrès se situent dans l’automatisation de certaines fabrications comme le taillage de roues qui se réalisait grâce aux “petites mains”.  L’innovation du tambour de chargement va décupler les productions.

2010, MAITRISE & SAVOIR-FAIRE

Maîtrise complète de la fabrication de rouages haut de gamme : Les mouvements mécaniques horlogers haut de gamme nécessitent des rouages mieux finis principalement dans son aspect avec des états de surface ou des décorations hors norme.  Ces opérations se nomment cerclage, soleillage, moulurage, colimaçonnage, face polie etc…

2014, NOUVELLE CONSTRUCTION

Un nouveau bâtiment vient ponctuer 10 années de développement et ainsi péréniser un bel outil de production au services des marques. Joray-Wyss agit dans l’ombre des manufactures toujours au service de la qualité. Ce souci de discrétion vient du fait que la qualité est sans cesse remise en question par les aléas en production. Au même titre qu’une poussière peut stopper un mouvement, un manque de rigueur provoquera un résultat identique.